IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'application de traçage des contacts, TousAntiCovid, passe la barre des 10 millions de téléchargements,
Mais beaucoup de choses restent encore à améliorer pour satisfaire les utilisateurs

Le , par Olivier Famien

93PARTAGES

5  1 
Voici maintenant un peu plus d’un mois que l’application TousAntiCovid a pris le relais de StopCovid et le moins qu’on puisse dire c’est que TousAntiCovid semble être mieux accueillie par le public que son prédécesseur StopCovid. En effet, Jean Castex, le Premier ministre du gouvernement français a annoncé ce week-end sur son compte Twitter que « plus de 10 millions de personnes ont déjà téléchargé et activé l’application TousAntiCovid ». Il ajouta que « c’est un maillon essentiel de notre stratégie pour nous protéger et protéger nos proches ». À ceux qui n’ont pas encore installé et activé l’application, Castex adresse une invite à le faire en se rendant sur la page https://bonjour.tousanticovid.gouv.fr/. Il acheva sa déclaration en affirmant que « Plus nous serons nombreux à l’utiliser, plus elle sera efficace pour limiter la transmission du virus ».


Dans ces 10 millions d’utilisateurs imputés au compte de TousAntiCovid, il faut préciser que 2,5 millions étaient déjà des utilisateurs de l’application StopCovid qui a été mis à la disposition du public depuis le mois de juin. Ce sont donc 7,5 millions d’utilisateurs qui se sont appropriés l’application TousAntiCovid en un peu plus d’un mois de service.

Au vu de ces récents chiffres, le gouvernement français peut donc se féliciter d’avoir changé la dénomination de l’application StopCovid en TousAntiCovid. Comme son prédécesseur, TousAntiCovid permet d’alerter les utilisateurs qui ont pu être en contact rapproché avec un utilisateur testé positif au COVID-19. Elle utilise le signal Bluetooth de l’appareil mobile pour détecter un smartphone à proximité et ainsi établir de manière anonyme que plusieurs personnes se sont croisées à moins d’un mètre pendant au moins 15 minutes. Après avoir vérifié le contact prolongé avec l’utilisateur testé positif, l’application envoie une notification à l’utilisateur sain sur le fait qu’il a été en contact avec un utilisateur infecté et qu’il court le risque d’être contaminé.

En plus du changement de nom qui a été apporté à StopCovid, la nouvelle application TousAntiCovid est venue avec les améliorations suivantes :

  • un environnement visuel et une ergonomie optimisés avec un accès instantané à toutes les fonctionnalités de l’application ;
  • un centre d’informations, qui vous propose des informations sur la situation épidémiologique en France ainsi que des actualités en lien avec la lutte contre l’épidémie (exemple : mesures mises en place par les autorités nationales et locales) ;
  • une plus grande transparence avec la publication automatique et régulière des chiffres l’utilisation de l’application ;
  • l’accès à DépistageCovid, la carte des centres de dépistages actualisée et avec des informations sur les temps d’attentes remontées par les utilisateurs ;
  • l’accès à MesConseilsCovid pour avoir des conseils personnalisés ;
  • l’accès facilité à l’attestation dérogatoire de déplacement pour les zones concernées par le couvre-feu.


Dans le souci d’améliorer l’efficacité de TousAntiCovid, le gouvernement a pris un nouveau décret qui change désormais les critères de détection d’un contact. Dans sa première mouture, l’Application TousAntiCovid prenait en compte tout utilisateur qui avait été en contact « à moins d’un mètre pendant au moins 15 minutes » avec un autre utilisateur. Depuis hier, ces conditions ont changé. L’application considère maintenant qu’un utilisateur a été en contact avec un autre quand :

  • soit, il a été en contact avec ce dernier à une distance inférieure ou égale à un mètre pendant cinq minutes ;
  • soit, il a été en contact avec celui-ci à une distance supérieure à un mètre et inférieure ou égale à deux mètres pendant quinze minutes.


Avec ce changement, il est fort évident que le nombre de notifications émis par l’application risque de grimper.

Si l’application TousAntiCovid commence à faire son chemin au sein de la population, il n’en demeure pas moins que plusieurs problèmes restent encore à résoudre. En effet, sur le Play Store, plusieurs utilisateurs se plaignent d’arrêts intempestifs de l’application.


Sur iOS, le problème de communication entre les iPhone demeure. En effet, sur iOS, lorsque les applications TousAntiCovid tournent en arrière-plan sur les iPhone de deux personnes qui se trouvent à proximité l’une personne de l’autre, les applications n’arrivent pas à communiquer entre elles.

À ces problèmes, il faut également ajouter que l’application TousAntiCovid qui s’appuie sur le Bluetooth ne sait toujours pas faire la différence entre les personnes situées à moins d’un mètre et celles situées à plus d’un mètre. Des alertes basées sur de fausses détections pourraient être générées. Enfin, vu que l’application TousAntiCovid utilise toujours un protocole centralisé, elle n’est donc pas interopérable avec l’application développée conjointement par Apple et Google ainsi que les applications tierces. La résultante est que si vous quittez la France, TousAntiCovid ne vous servira pas à grand-chose. Il va falloir installer une application tierce si vous souhaitez être alerté via une application de contact tracing.

Source : Jean Castex, Legifrance

Et vous ?

Avez-vous déjà testé TousAntiCovid ? Quelles sont les forces et les faiblesses que vous lui reconnaissez ?

À votre avis, TousAntiCovid pourra-t-il atteindre son objectif en termes d’efficacité dans le traçage des contacts ?

Voir aussi

Covid-19 : la technologie de traçage de contacts Apple-Google suscite l’intérêt dans 23 pays, mais les autorités ne devraient pas exiger des numéros de téléphone des utilisateurs
L’application de traçage de contacts Covid-19 du Dakota du Nord partage des données de localisation avec Foursquare et un identifiant publicitaire avec Google, selon un rapport
Covid-19 : le NHS, système national de santé en Grande-Bretagne, dévoile le code source de son application de traçage de contacts, qui contourne les restrictions d’Apple liées au Bluetooth
Sécurité : un employé de restaurant se sert de données personnelles tirées d’un registre de traçage de contacts anti covid-19 en version papier pour contacter une cliente et lui faire des avances
Covid-19 : la France ne ferme pas la porte à la solution du bracelet connecté pour des tiers dépourvus de smartphones qui seront équipés d’applications de traçage de contacts

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2020 à 2:12
Moi je veux bien faire la prochaine appli du gouvernement, seulement 1 M € au lieu de 6 M €, offre spéciale Black friday

Macron, j'attends ton coup de fil

PS : je n'oublierais pas évidement de verser 500 000 € à la fondation Brigitte Macron comme convenu la dernière fois
7  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 13:36
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
La personne flash ce code (il suffit donc d’un téléphone avec appareil photo) et fait ainsi un check-in à la date ‘d’ pour une durée ‘t’ dépendant du type de lieu.
Je crois qu'il faut également que le téléphone soit connecté à internet

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L’avis du CCL-Covid évoque que les codes QR pourraient être déployés dans un large éventail de lieux publics fermés où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, dont les transports en commun. Le cabinet de Cédric O précise quant à lui que la fonctionnalité a surtout été pensée pour accompagner la réouverture des bars, restaurants et salles de sport, dont la date n’est toujours pas connue.
Il y a quelque chose que je n'ai pas trouvé dans l'article :
- Est-ce qu'il est possible d'entrer dans le lieu public sans flasher le QR Code ?
- Si ce n'est pas le cas, comment on contrôle qu'une personne a flashé le QR Code avec succès ? Et comment on l'empêche d'entrer dans le lieu public si elle ne l'a pas fait ?

Par contre si c'est facultatif, il n'y a aucun problème, les gens qui n'ont pas de smartphone pourront aller au bar et à la salle de sport.
6  0 
Avatar de Fagus
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/12/2020 à 22:48
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Quels commentaires faites-vous des coûts liés au développement et à la maintenance de StopCovid au regard des résultats obtenus ?

C'est simple, notre gouvernement devrait simplement admettre ne pas être compétent en la matière et accepter de s'appuyer sur les plateformes mis en place par Google & Apple dans leurs OS respectifs, comme l'ont fait l'Allemagne et tous les autres pays Européen sauf la France et la Hongrie (je crois).

A un niveau de responsabilité aussi élevé, un tel niveau d'incompétence, c'est tout simplement du viol moral & intellectuel .
Rhoo, elle marche leur appli globalement. Le problème c'est surtout qu'en France personne n'en veut.
Personnellement je préfère 100 fois que l'état manipule mes données de santé (qu'il a déjà par ses organismes), que les GAFAM qui rêvent de les vendre.

Cependant, la finesse aurait peut être été de gérer le projet à coût minimal, sachant que vu la mentalité française de défiance globale, même une appli parfaite aurait échoué.
5  0 
Avatar de Almopine
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/12/2020 à 15:17
Ayant travaillé sur des applications TRES grand publique, je connais pas mal le sujet de la géolocalisation

Quels commentaires faites-vous des coûts liés au développement et à la maintenance de StopCovid au regard des résultats obtenus ?
Les coûts de développement ne me choque absolument pas, c'est exactement ce qu'aurais déboursé une entreprise en voulant se lancer dans une nouvelle application rapidement, c'est à dire, créer un comité d'expert en interne de 7/8 personnes dédiées qui vont à leur tour prendre chacun des prestataires pour faire l'avant projet et pouf tu as déjà dépassé largement le million de budget avant même d'avoir écrit le moindre cahier des charges.

Seulement après des semaines de réunionnite aigu, on se décide enfin à prendre un presta pour la réalisation cette fois, prestataire qui lui même vas externaliser auprès d'un autre qui n'est absolument pas un expert sur les applications mobiles. Et surtout le médiocre cahier des charges n'est pas réalisable parce que au final PERSONNE connaissait réellement les spécificités des applications mobiles.

L'exemple même, c'est qu'ils ne savaient pas qu'Apple interdit aux tiers d'accéder à des fonctionnalités pour identifier les appareils autours par le bluetooth et qu'ils sont allé leur demander de lever ce verrou, chose qu'Apple a déjà refusé à l'état américain il y a plus de 10 ans donc bien sûr qu'ils se sont heurtés à un mur ... Apple à littéralement envoyé un lien de leur documentation pour leur expliquer qu'ils devaient demander la permission à l'utilisateur pour le faire mais que ça ne serait pas une fonctionnalité par défaut de l'OS. Le principe de permission sur iOS c'est littéralement le truc le plus BASIQUE du développement et là on était à plus de 3 mois de projets déjà

Le coût d'hébergement vue les données et la sensibilité de celle-ci, ça me choque pas. L'Etat français ne peut pas se permettre de déconner la dessus.

Selon vous, qu’est-ce qui n’a pas marché avec StopCovid et que le gouvernement français devrait corriger pour éviter le même échec avec TousAntiCovid ?
Déjà c'est une première expérience pour l'état français d'avoir une application pour s'aider en temps de crise, donc forcément il y allait avoir des ratés. Le projet reste une réussite, son coût est TRES loin d'être exorbitant surtout qu'il y avait la communication, au final l'application fonctionne.

Le problème c'est qu'elle est sortie 4/5 mois trop tard.

Pour éviter ce genre de situation, il faut du génie civil, il faut des tasks forces capable de répondre rapidement à toute problématique, à défaut d'avoir des experts embauché en permanence par le gouvernement, ils doivent être identifié et pouvoir rapidement apporter leurs expertises, c'est pourquoi il est important d'avoir de la recherche en IT chose qui nous fait défaut.

Les défauts du projet sont pas lié à l'état mais au prestataire derrière.
5  0 
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 11:40
TousAntiCovid : le gouvernement espère déployer les codes QR dès la fin janvier,
Pour instaurer une nouvelle méthode de traçage des contacts

Dans un projet de décret, le gouvernement français envisage de faire évoluer certaines règles liées à TousAntiCovid, son application de traçage, en instaurant notamment des possibles codes QR, que les utilisateurs de l'application pourraient scanner. Ces derniers seraient placés à l'entrée de certains lieux publics et permettraient la mise en place d'un nouveau moyen de traçage des contacts lié aux lieux à risques. Le projet de mise à jour des règles liées à TousAntiCovid est connu depuis décembre, mais a fait récemment l’objet de commentaire de la part du cabinet du secrétaire d’État au Numérique Cédric O.

Présenté dans un document d’avis édité par le Comité de contrôle et de liaison covid-19 (CCL-Covid), chargé de conseiller le gouvernement sur les dispositifs numériques de lutte contre la pandémie, le projet prévoit d’ajouter une nouvelle fonctionnalité à l’application française TousAntiCovid : l’utilisation de codes QR comme dispositif de traçage des contacts. Ils seraient placés à l’entrée des lieux clos, comme les restaurants et les transports en commun. Voilà ce qu’écrit le CCL-Covid dans son avis :

« De manière simplifiée, un code QR sera positionné à l’entrée de certains lieux à risque (liste des lieux en cours d’identification en lien avec SPF [Santé publique France, NDLR]). La personne flash ce code (il suffit donc d’un téléphone avec appareil photo) et fait ainsi un check-in à la date ‘d’ pour une durée ‘t’ dépendant du type de lieu. Si une personne, qui a été dans le même lieu sur la même plage horaire, se déclare dans l’application, la personne ci-avant reçoit une notification de contact warning, dit à ‘risque modéré ‘ (impliquant la surveillance des symptômes, etc.). Si trois personnes se sont déclarées, et étaient sur la même plage horaire, alors la personne reçoit une notification classique de contact tracing à ‘risque élevé’. »


Le CCL-Covid précise avoir reçu les « questions formulées » de la Cnil, l’autorité des données française, avant d’émettre son avis. Si le décret entre en vigueur tel quel, il intégrerait donc une nouvelle fonctionnalité de traçage des contacts sur TousAntiCovid, en plus de celui déjà en place depuis mai, fonctionnement sur le Bluetooth. Reste que le détail du dispositif n’est pas donné, et de nombreuses questions restent en suspens.

Cependant, l’exécutif devrait rapidement apporter des réponses et plus de précision sur le décret qui est en ce moment examiné par le Conseil d’État, et le gouvernement pourrait procéder à une publication d’ici la fin du mois de janvier 2021. En effet, le cabinet du secrétaire d’État au Numérique Cédric O a confirmé à un média local la volonté du gouvernement de faire évoluer certaines règles liées à son application TousAntiCovid.

Actuellement, la France s’appuie sur deux méthodes pour effectuer le traçage des contacts, dont la finalité est de prévenir les personnes exposées à un patient atteint de covid-19. La première méthode se fait par téléphone. Des brigades d’agents de la Sécurité sociale contactent les personnes touchées par le coronavirus afin d’identifier leurs cas contacts. Puis elles se chargent d’avertir ces derniers par SMS, email ou téléphone, afin qu’ils puissent se mettre en septaine et effectuer un test.

La seconde méthode se fait par l’application TousAntiCovid. Seuls les Français qui ont installé et activé l’application participent à ce deuxième rideau de traçage des contacts. Lorsqu’ils sont à proximité, leurs smartphones s’échangent des identifiants aléatoires, régulièrement renouvelés, qui sont ensuite envoyés à intervalle constant vers un serveur central contrôlé par l’État. Si une personne fait un test positif, elle peut se déclarer dans l’application à l’aide d’un code QR remis par les autorités sanitaires. Cette information sera remontée au serveur central, et tous les appareils qui ont échangé des identifiants avec la personne malade recevront une notification.

Le traçage par code QR serait donc un troisième dispositif, lui aussi intégré à TousAntiCovid. Il permettrait de faire un traçage des contacts par lieu. Le Comité de contrôle et liaison covid-19 précise que les informations collectées par les codes QR seront stockées sur un serveur dédié, et ne seront pas remontées au serveur central déjà utilisé. Autrement dit, si la déclaration des cas positifs et l’envoi des notifications se font bien dans l’application, la gestion de ces nouvelles données se fera sur un nouveau serveur, à part.

« Ces informations sont stockées par un serveur dédié en vue d’informer l’utilisateur qu’il a été en contact avec une personne diagnostiquée ou dépistée positive au virus du covid-19 et ayant fréquenté le même lieu durant la même plage horaire », selon la description du projet par le comité.

Déploiement de codes QR pour accompagner la réouverture de certains lieux publics

Comme pour le fonctionnement actuel du dispositif TousAntiCovid, le Comité rassure explicitement sur les éventuelles dérives du dispositif : « les modalités de recueil de données n’ont pas pour objet, ni pour effet, de mettre en place une géolocalisation de l’utilisateur ». En revanche, si TousAntiCovid actuel ne demande que l’autorisation d’utiliser le Bluetooth, il devra demander l’autorisation d’utiliser l’appareil photo pour le bon fonctionnement du nouveau dispositif.

L’avis du CCL-Covid évoque que les codes QR pourraient être déployés dans un large éventail de lieux publics fermés où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, dont les transports en commun. Le cabinet de Cédric O précise quant à lui que la fonctionnalité a surtout été pensée pour accompagner la réouverture des bars, restaurants et salles de sport, dont la date n’est toujours pas connue.

Dans tous les cas, la typologie précise des lieux, qui se verront offrir la possibilité de fournir un code QR aux utilisateurs de TousAntiCovid, est en cours de définition avec l’appui de Santé publique France, a précisé la même source. Ces lieux seraient divisés en deux catégories : à « haut risque de transmission » et à « risque de transmission modéré », selon divers critères, dont leur surface, leur ventilation ou le public accueilli. Il n’est pas encore indiqué ce que cette distinction impliquerait comme conséquence.

Fonctionnement de TousAntiCovid avec les codes QR

Scanner le code QR reviendrait à récupérer un pseudonyme (une suite de caractères propres à chaque lieu, mais qui ne comporte pas d’éléments identifiables), ainsi qu’une date et une heure approximative) sur l’application TousAntiCovid.

C’est un fonctionnement relativement similaire à celui de l’application entre deux utilisateurs. Lorsqu’elles sont à une certaine distance l’une de l’autre, deux applications TousAntiCovid vont s’échanger via le Bluetooth des pseudonymes, propres à chaque application, et renouvelés à intervalles réguliers.


Dans le nouvel usage de TousAntiCovid, scanner le code reviendrait à faire ce même type d’échange, dans un seul sens, et avec un avantage, le code QR étant un moyen de récupération des pseudonymes bien plus fiable que le Bluetooth, dont la relative inefficacité pour cette tâche est de plus en plus prouvée.

Une fois les pseudonymes récupérés, un serveur serait chargé de repérer quand un cas de covid-19 déclaré dans l’application a récupéré le pseudonyme d’un lieu, et à prévenir tous les utilisateurs qui ont récupéré ce même pseudonyme sur une plage horaire proche. L’avis du CCL-Covid précisait que ce serveur ne serait pas le même que le serveur central de l’application.

Si l’utilisation des codes QR dans une éventuelle prochaine version de TousAntiCovid se précise, de trop nombreuses questions restent en suspens. Ces questions sont d’autant plus nombreuses que le gouvernement ne communique pas officiellement sur ce projet d’évolution de l’application. Reste à savoir si les utilisateurs ne pourront les connaître qu’une fois déployés, ou quelques jours auparavant.

Outre-Manche, le gouvernement britannique vient de déployer un dispositif similaire, et la NHS (équivalent britannique de la Sécurité sociale) avance certaines garanties : les notifications de cas contact ne mentionnent pas, par exemple, le nom de l’établissement (comme c’est également prévu par le projet de décret), mais le gérant des lieux est, lui, prévenu si plusieurs de ses visiteurs sont déclarés positifs afin de s’organiser en conséquence.

Sources : Le cabinet du secrétaire d’État au Numérique, Avis du CCL-Covid

Et vous ?

Que pensez-vous de cette évolution des règles liées à TousAntiCovid qui va déployer des codes QR ?
Ce changement permettra-t-il de prévenir davantage de cas contacts qu’aujourd’hui ?
Que pensez-vous de la communication du gouvernement sur une modification qui pourrait être publiée dès la fin de ce mois ?

Voir aussi :

La CNIL donne son aval au déploiement de StopCovid dont l'algorithme de chiffrement a été remplacé, Bercy en profite pour partager des captures d'écran de l'application
StopCovid : l'application de contact tracing est enfin disponible sur iOS et Android, les utilisateurs avaient d'abord téléchargé en grand nombre une app catalane qui porte pratiquement le même nom
2 milliards de téléphones ne peuvent pas utiliser l'outil de traçage du Covid-19 de Google et d'Apple, car il repose sur une technologie qui manque aux anciens appareils, selon des chercheurs
France : TousAntiCovid, une révision de StopCovid est disponible avec des nouveautés mineures, qui n'apportent pas solution à l'incompatibilité de l'appli. française avec celle des autres pays d'UE
4  1 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/12/2020 à 8:54
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
40 000 euros d'hébergement par mois, c'est normal comme tarif ? Ça me semble énorme.
Je pense que ce sont des serveurs labelisés avec un certain niveau de sécurité...
Et peut être que le nombre de serveur a été vu trop large par rapport au taux réel d'utilisation.
2  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/12/2020 à 11:23
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Je pense que ce sont des serveurs labelisés avec un certain niveau de sécurité...
Et peut être que le nombre de serveur a été vu trop large par rapport au taux réel d'utilisation.
Pour avoir bosser un peut sur des projets pour certains ministère , à mon avis c'est surtout leur presta qui se gave bien comme il faut ...
2  0 
Avatar de amedlbv
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 07/12/2020 à 12:00
Vivement un Nuremberg post covid.
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/12/2020 à 17:06
Citation Envoyé par amedlbv Voir le message
Vivement un Nuremberg post covid.
pour pendre les négationnistes et autres criminels pro-Raoult?
3  1 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/12/2020 à 18:40
Quels commentaires faites-vous des coûts liés au développement et à la maintenance de StopCovid au regard des résultats obtenus ?

Comme remarqué par tout le monde ici, "prohibitif".
Si les gouvernements français étaient de bon gestionnaire, ça ce saurait depuis le temps .

Selon vous, qu’est-ce qui n’a pas marché avec StopCovid et que le gouvernement français devrait corriger pour éviter le même échec avec TousAntiCovid ?

C'est simple, notre gouvernement devrait simplement admettre ne pas être compétent en la matière et accepter de s'appuyer sur les plateformes mis en place par Google & Apple dans leurs OS respectifs, comme l'ont fait l'Allemagne et tous les autres pays Européen sauf la France et la Hongrie (je crois).

A un niveau de responsabilité aussi élevé, un tel niveau d'incompétence, c'est tout simplement du viol moral & intellectuel .
Heureusement pour eux, l'incompétence n'est pas puni par la loi, en même temps, qui peut bien faire les lois .
2  0